Candice Breitz au Palais de Tokyo

Facebooktwitterlinkedinrssyoutubeinstagram
Facebooktwitterlinkedinmail

Candice Breitz au Palais de Tokyo

"Soliloquy" (Jack), 1987-2000
“Soliloquy” (Jack), 1987-2000

 

Le Palais de Tokyo nous propose toujours de l’étonnement. Pour qui est curieux c’est toujours un bonheur, être artistiquement étonné quoi de plus confortable ? Nos neurones se connectent un peu plus, nous faisons un effort de compréhension, bref nous avons un sentiment fugace d’intelligence. Que du bon comme diraient certains animateurs de télévision….

Du neuf, le Palais de Tokyo nous en propose avec deux installations vidéo de l’excellente et étonnante Candice Breitz. Pour la première vous pénétrez dans un salon aux volumes et couleurs agréables, vous vous installez confortablement comme chez vous dans un des canapés et vous vous laissez immerger dans cet univers étrange. Des postes de télévision installées dans tous les coins du salon, passent des bégaiements d’images ; chaque poste montre à tour de rôle un des personnages de la série télévisée désormais culte « Dallas » rabâchant la même phrase. Sur l’un d’eux, Bobby répète en boucle « I love you » pendant au moins cinq longues minutes. On découvre sa bouche qui se déforme, on croyait le connaître si bien, mais non de cette façon là un air étrange apparaît. Même le sens de ce “je t’aime” qui passe en boucle est exploité jusqu’à extinction du sens. La curiosité aiguisée nous allons naturellement vers la deuxième installation vidéo. Un grand écran passe des extraits de films avec l’excellent Jack Nicholson. La vidéaste a eu l’idée géniale de couper, pour reconstruire les images et leurs monologues en donnant un tout autre sens, ou non sens comme l’on voudra. La seule restriction à mon enthousiasme est l’usage de la langue anglaise pour cette deuxième installation, c’est tellement amusant que l’on aimerait que tout le monde comprenne.
Béatrice Chassepot, Avril 2005

Facebooktwitterlinkedinmail