What’s up in Berlin?

Facebooktwitterlinkedinrssyoutubeinstagram
Facebooktwitterlinkedinmail

 Septembre 2007, What’s up à Berlin…

Artistes, collectionneurs, amis, marchands, galeristes…. tous me parlaient de Berlin. Connaître à tout prix cette nouvelle plaque tournante mondiale de l’art contemporain devenait mon prochain objectif. C’était décidé, au prochain alibi, le salon Art Forum Berlin -lire la chronique sur ArtForum Berlin-, je m’y rendrai coûte que coûte -je ne croyais pas si bien dire, les billets d’avion pour s’y rendre sont assez chers de Paris-

Le tout premier aperçu de Berlin est très décevant. On circule sans fin, Berlin est 8 fois plus grande que Paris intra muros- dans de grandes artères flanquées de part et d’autre d’immeubles d’habitation à connotation vaguement Bauhaus, sans volets aux fenêtres qui sont étroites, verticales comme un i. Comme par un fait exprès, le chauffeur de taxi écoute des valses de Vienne appuyées par des propos franchement racistes que je n’ai même pas envie de vous dire…Je plonge brutalement de plain-pied dans mes révisions d’Histoire de terminale… Obsessionnelle de l’art contemporain, pas une seconde je n’avais pensé à la deuxième guerre mondiale en décidant de ce voyage, mais, tout à Berlin vous y pousse : Berlin-Est, Berlin-Ouest, le mur de Berlin, la porte de Brandebourg, Checkpoint Charlie et puis ce mot « le reichstag » Tous ces sons et ces mots vous rappellent à l’Histoire.

La visite de Berlin se poursuit et s’affine. Cette ville fonctionne comme une poupée Russe -sans jeux de mots- plus on la découvre, plus on la connait et plus on l’aime.

Très vite on oublie les immeubles secs. On découvre des quartiers et des places sympathiques, avec arbres et espace. On découvre de vieux bâtiments baroques en même temps q’une ville en pleine reconstruction, pas un quartier sans grue, sans bulldozer en activité. Les nouvelles constructions sont superbes, en verre, en béton, en acier

 

 

Le Jüdisches Museum

Si vous n’aviez qu’un de ces bâtiments à visiter je vous conseille sans hésiter le Jüdisches Museum (au sud de Mitte) de l’architecte américain Daniel Libeskind click.

Après avoir visité un tel musée, vous pourrez dire qu’il y a dans votre vie un avant et un après.A ce jour, aucun musée ne m’a bouleversée à ce point. L’aspect extérieur est intéressant, alliant l’ancien musée au nouveau, couvert de zinc lacéré des lignes brisées de l’étoile de David, mais c’est surtout la conception du bâtiment à l’intérieur qui est bouleversante. Elle a été faite pour nous faire toucher de près l’histoire complexe et douloureuse des relations entre les Juifs et les Allemands. Je cite un extrait du guide du musée «…« Between the lines » -entre les lignes- c’est ainsi que Liebskind a appelé son projet qui décrit la tension inhérente à l’histoire germano-juive selon deux lignes l’une droite, mais morcelée en de nombreux fragments, l’autre tortueuse et ouverte à son extrémité. En leurs interfaces, des espaces vides « voids » qui transpercent le musée sur toute sa hauteur…. » Vous allez au musée pour voir de la belle architecture et vous entrez dans l’âme d’un peuple.En entrant, tout y est bouleversant, les couloirs aux murs en biais blancs immaculés et sol ardoise qui nous mènent vers trois chemins possibles, l’axe de l’holocauste, l’axe de l’exil et l’axe de la continuité. Chaque espace d’exposition est juste, minimaliste, mais ni trop peu ni pas assez avec des photos, des portraits, des objets d’avant le « grand départ ».. Ne sont présentés là que des souvenirs authentiques et jaunis par le temps.

Le mode de présentation des ensembles -la scénographie pourrait-on dire s’il ne s’agissait de faits dramatiques- fait même qu’on est obligé de se pencher un peu en avant pour les regarder, s’incliner pour leur rendre hommage.Si l’on choisit l’axe de la continuité on se dirige vers couloir avec au bout des marches sans fin comme une montagne à gravir. On monte une première série de marches puis on tourne à gauche dans une première pièce vide, une deuxième vide, on se dit que l’on s’est trompé, qu’il n’y a pas d’expositions, on s’apprête à repartir puis on pousse quand même la curiosité plus loin. En effet, c’était une de ces fameuses pièces vides « void » qui fait sacrément réfléchir….puisque dans la pièce d’après, froide, gris/béton avec une hauteur infinie, une faible lueur du jour, jonchent au sol des centaines de rondelles de fers dans lesquelles des yeux et des bouches ont été taillés. Votre dos se glace, vous vous figez. On était autorisé à marcher dessus pour aller au bout de la pièce, cela faisait un caccarme assourdissant, insupportable. Je n’ai pas pu.L’œil avait été ultra sensibilisé par cette visite, nous avions tutoyé le sublime. Le Judisches Museum conjuguait à lui seul tout ce que nous attendons de l’art contemporain, une compréhension de notre monde par la voie des sens.

Après cela, il était difficile de passer à autre chose. « Les galeries se multiplient au rythme d’une par mois » me dit un galeriste berlinois du Mitte, une inflation de galeries au moins aussi importante qu’à Chelsea NY.

Essentiellement deux zones à parcourir, l’Est et l’Ouest :A l’Ouest, au sud de Charlottenburg aller sur Mommsenstrasse, Kantstrasse, FasanenstrasseA l’Est, dans Mitte, l’équivalent du Marais parisien, aller sur Berlinenstrasse et Auguststrasse, Linien strasse et Sophienstrasse

Dans l’ensemble, les galeries de l’Est n’ont pas les superficies importantes que l’on peut trouver à Chelsea. Bien souvent, il s’agit d’appartements modestes en rez-de-chaussée et/ou en étage recomposés en galerie.

Munissez vous d’un plan disponible dans les galeries- dès que possible afin de ne pas rater les adresses, il n’y a bien souvent pas de signalétique :

L’Art contemporain à Berlin :

Galeries clik ici

Musée Hamburgerbahnhof clik ici

Neue National galerie clik ici

Amis de la nationale galerie clik ici

Prix de la Nationale galerie pour les jeunes talents clik

Deutsche Guggenheim ? Berlin clik ici

Biennale de Berlin clik ici

Hausamwaldsee clik ici ,

ARTE télévision : journal de la culture/expositions clik ici

Magazine franco-allemand « PARISBERLIN » clik

Berlin architecture tourisme :Wikipédia clik ici

Office de tourisme de Berlin clik ici

une amusante façon de se déplacer dans Berlin le vélo taxi clik ici

architecture/histoire clik ici sur berlin en ligne (très belles images du judisches museum)

béatrice chassepot,le 17 octobre 2007

Facebooktwitterlinkedinmail